Compte-rendu de table ronde de la Nuit de la Géographie 2021 : L’hospitalité au coeur du tourisme réinventé

Table ronde participative : L’hospitalité au cœur du tourisme réinventé.

Animateur : Samuel Belaud, Pop’Sciences

Invités : Rodolphe Christin, sociologue

Guillaume Barral, professeur d’histoire-géographie en lycée, chercheur

Samuel : Le thème de cette table ronde est l’hospitalité, dans le cadre particulier du tourisme, à travers l’exemple des plate-formes, et plus précisément, AIRBNB. Cette table ronde étant participative, nous accueilleront les questions de facebook live et de youtube live, en particulier.

Généralement l’expression hospitalité, s’applique plus dans le champ des migrations humaines, et à la capacité qu’a un territoire à accueillir des populations étrangères, des migrants, sur son sol, mais appliqué au tourisme, les tenants et les aboutissants sont quasiment les mêmes, on reste dans le champ de la bienvenue de l’étranger.

Un premier aperçu en guise d’introduction, à travers un tableau, celui de Cesare Dell’acqua, L’hospitalité d’une villa à Pompéi (1875) .

On y retrouve l’essence de ce qu’est l’hospitalité, la capacité de bienveillance, de cordialité d’un peuple à accueillir des voyageurs étrangers qui deviennent des hôtes – terme important puisque l’étymologie d’hospitalité renvoie à hôte, mais aussi à hospice et à hostile.

On comprend que cette hospitalité opère sur trois dimensions : le territoire, et la manière dont il va être aménagé, la population, c’est-à-dire la capacité de bienveillance et d’accueil, et une troisième, quand on prend le prisme du tourisme, à savoir les services, ceux qui font l’interface entre visiteurs et habitants : ceux qui hébergent, ceux qui nourrissent, ceux qui divertissent, etc…

Avec nos deux invités on va se demander comment on va au-delà des offres d’accueil hyper standardisées que le tourisme de masse a développé, contrevenant parfois au principe d’hospitalité ; comment les plates-formes d’hébergement, type AirB&B ont chamboulé les imaginaires de l’hospitalité et se sont imposées de manière fulgurante dans le paysage touristique moderne, et enfin comment la crise liée au covid 19 a bouleversé le champ de l’expérience touristique en général celui de l’hospitalité en particulier.

Pour en parler, je suis ravi d’accueillir Guillaume Barral, vous êtes professeur de géographie et vous avez fait des recherches, en particulier, sur AIRBNB, et Rodolphe Christin, vous êtes sociologue, spécialiste du tourisme et vous avez sorti aux éditions Écosociété, un Manuel de l’anti-tourisme et plus récemment un essai, La vraie vie est ici, sous-titré d’une question, Voyager encore ?

Première partie: l’hospitalité, un concept éclairant pour comprendre le tourisme d’aujourd’hui.

Samuel: Pour commencer, Guillaume, comment est-ce qu’on défini l’hospitalité, précisément dans le cadre du tourisme ?

Guillaume : À partir des recherches que j’aie pu faire, l’hospitalité au sens large, c’est le partage du chez soi, le partage de l’intimité quotidienne, du lieu de vie, de notre habitation, notre quartier. Il y a donc une notion très sensible de l’hospitalité. Et puis c’est aussi la rencontre entre deux personnes, deux groupes sociaux. Il y a deux points de vue : celui du touriste, du voyageur d’une part, et celui de l’hôte d’autre part pour ce qui est de l’hospitalité. Le touriste  qui voyage pour rencontrer l’autre pour trouver une forme d’exotisme, pour reprendre les termes d’Edward Saïd, pour se confronter à un ailleurs. De l’autre côté, on a l’hôte qui est plutôt dans une logique d’accueil et de proposition d’une expérience en quelque sorte, plus ou moins cadrée par des critères, des standards (hôteliers, particuliers à l’inverse, des couchsurfeurs, des hôtes RB&B…).

Je suis assez d’accord avec l’approche de Michel Agier[3], c’est qu’au départ dans l’hospitalité il y a quand même un aspect sacré, si on regarde d’un point de vue historique, dans les sociétés grecques et romaines, comme le montrait le tableau on accueillait le voyageur de passage qui cherchait l’hospitalité, et cette personne était considérée comme un envoyé des dieux. Après si on regarde aujourd’hui il y a trois types d’hospitalité qui se déploient, et je reprends la thèse d’Yves Cinotti: il y a l’hospitalité territoriale, domestique, qui recouvre les gestes hospitaliers des résidents d’une destination vis à vis des touristes, et puis on a une hospitalité d’ordre plus commercial, et en fait là, on peut se demander si c’est de l’hospitalité, parce qu’on peut difficilement partager un chez soi dans un hôtel ou un restaurant. Voilà pour résumer.

Samuel : c’est bien de pointer cela car, Rhodolphe, il y a une différence sémantique entre deux langues, l’anglais et le français. Les Anglo-saxons vont dire hospitality, nous hospitalité, sauf que hospitality a le sens d’hôtellerie, restauration, manière pour l’industrie touristique de s’approprier le terme dans une perspective marchande. Alors diriez-vous que cette notion d’hospitality anglo-saxonne, a infusé, redéfini la place de l’hospitalité sur les autres territoires, chez nous en particulier ?

Rhodolphe : Oui, tout à fait. On peut remettre en cause une des versions du terme hospitalité qui contient la notion de gratuité. On accueille, on ouvre les portes de sa maison à une personne qui passe, qui est dans une situation de vulnérabilité, ce qui est un peu le lot de l’autre, de l’étranger, celui qui a quitté l’espace de ses familiarités pour être dans l’ailleurs et du coup les sociétés hôtes ont prévu un principe d’accueil gratuit qui est de partager ce qu’on a avec l’homme ou la femme de passage, compte tenu de cette vulnérabilité qui est la sienne.

Aujourd’hui, avec le tourisme qui est quand même la première industrie mondiale, on est dans une logique très différente,  qui est pleinement dans la définition anglo-saxonne de l’hospitalité, c’est-à-dire une prestation de services qu’on propose pour quelqu’un qui arrive dans un but précis de visiter, découvrir, de profiter d’un territoire avec toute une gamme d’attractions qui lui sont proposées, c’est-à-dire vendues ! Et donc on est bien avant tout dans une approche commerciale qui vient modéliser cette définition de l’hospitalité. Et est-ce qu’on peut dire d’un commerçant qui tient un magasin qu’il fait preuve d’hospitalité lorsqu’il accueille un client ? Je ne suis pas convaincu que le terme soit approprié pour définir ce type de relation-là, et aujourd’hui le tourisme est devenu une prestation de services. C’est pourquoi on peut tout à fait maintenir le terme d’hospitalité dans le cas de l’accueil des migrants, alors que dans le champ touristique on est dans le cas d’une démarche d’accueil de gens qui ont les moyens de s’offrir une prestation de services, d’hébergement, de restauration, face à d’autres qui sont là pour leur vendre un service. 1h58

Samuel : Dans ce cadre là, le terme est quand même très utilisé et de plus en plus dans des stratégies marchandes et d’accueil comme un champ sémantique associé au tourisme bienveillant au tourisme responsable, etc… Donc le touriste et l’industrie touristique même dans le cadre de son renouvellement après le covid 19 va continuer à se saisir de ce principe d’hospitalité en disant l’expérience sensible que vous voyageur, vous allez vivre chez nous avec les locaux avec notre territoire, sera tel que vous vous sentirez « chez vous ». Est-ce que c’est là-dessus que l’hospitalité se joue aujourd’hui dans le tourisme comme à la maison ?

Rodolphe : je vais répondre là-dessus mais je vais parler des AirB&B. Je ne voudrais pas brûler les étapes mais il y a eu cette idée-là au début de AirB&B ou des gens qui avaient des locaux qui se prêtaient à l’accueil de visiteurs disaient « nous on va faire quelque chose d’alternatif à l’hôtellerie classique, à l’accueil de touristes classiques et les gens seront chez nous et on les accueillera comme à la maison ». L’idée s’est développée ensuite de vendre aussi de l’expérientiel, du style, je suis apiculteur dans les Alpes de Haute-Provence, je vais vous montrer comment on s’occupe d’une ruche… Ce sera à la fois une expérience touristique et puis un partage de savoirs, de savoir faire, sauf que ça avant dans le voyage on pouvait le rencontrer de manière aléatoire, non planifiée, par le hasard d’une rencontre ; la personne avait un statut, une activité particulière qu’elle nous faisait découvrir, parce qu’elle vous accueillait chez elle au nom peut-être de l’hospitalité, elle vous faisait entrer dans son activité. Sauf que avec le développement et la systématisation économique des AIRBNB, ce sont devenus des prestations de services qu’on va pouvoir planifier, acheter, et là encore on a une marchandisation de quelque chose qui précédemment était gratuit, donc ça montre bien toute une évolution du tourisme qui est en train d’intégrer la vie quotidienne des gens, où chacun peut devenir un opérateur touristique qui a quelque chose a vendre à un touriste de passage, qui va pouvoir organiser ça de manière presque imprévue avec des smartphones et toute une logistique numérique qui va lui permettre d’organiser les choses à chaud alors qu’en fait on est vraiment dans une forme d’organisation marchande d’une prestation. 2h01

Guillaume : Je suis tout à fait d’accord. Il existe une bulle touristique, au-delà de laquelle on veut sortir, sortir des sentiers battus, on veut vivre comme un local, etc… Est-ce que ça vient des touristes en tant que tels ou plutôt des entreprises qui se développent, je pencherais plutôt vers le fait que ce sont les entreprises qui ont tendance à pousser dans ce sens là pour ouvrir de nouveaux marchés. Mais il y a quand même cette appétence pour l’idée qu’on peut faire du tourisme proche de chez soi, dans son voisinage, s’aventurer et découvrir d’une manière différente.

Samuel : Vous disiez en introduction que l’hospitalité c’est accueillir un étranger, mais un étranger qui nous ressemble un peu. En poussant un peu, l’hospitalité appliquée au tourisme c’est accueillir un étranger mais pas n’importe lequel et surtout  pas sans date de fin. C’est peut-être ça aussi qui fait la différence avec l’hospitalité dans le cadre des phénomènes migratoires ?

Guillaume : On parle d’étrangers c’est global, il faudrait plutôt parler de touristes. Ce sont surtout des personnes qui ont les moyens de le faire, qui ont un capital, économique, social, culturel, qui leur permet de se dire je vais pouvoir aller dans un ailleurs spécifique. Et généralement quand on a des pratiques d’hospitalité, on a la rencontre entre des hôtes et des touristes qui partagent les mêmes codes, qui partage aussi le même capital, qu’il soit économique ou culturel, et là, avec l’exemple des AirB&B on a des touristes qui sont des personnes aisées, généralement masculines, des jeunes qu’on appelle les milléniums, et des personnes blanches. Dans le cadre d’AirB&B, on peut faire le choix de qui on va avoir chez soi ; on a vraiment une recherche d’entre-soi. 2H04

Rodolphe : On peut se poser la question: est-ce que le but du touriste aujourd’hui, c’est de vivre comme un local ? Je ne suis pas certain. À une époque il y a eu la mode du tourisme vert où les gens allaient vivre la multi-activités des agriculteurs qui allaient s’ouvrir au tourisme et développer tout un tas d’activités touristique en complément de leur activité agricole. Très vite on s’est aperçu que la demande touristique c’était pas de vivre comme un agriculteur et avec les conditions de confort d’un agriculteur. Très vite pour la partie réservée à l’accueil du touriste on a dû réfléchir en terme de gamme de confort, de prestations, douches, etc… parce que les gens n’avaient pas du tout envie de vivre comme un agriculteur cévenole, par exemple. Donc il y a vraiment une condition liée au fait de pratiquer le tourisme qui est une demande de confort. Le tourisme c’est quand même un voyage d’agrément, une recherche d’hédonisme et pas endurer des conditions de vie difficiles ou rustiques. On a qu’à visiter des pays comme en Afrique pour s’apercevoir que les touristes ne vivent pas à l’africaine. J’ai vu des villages sommaires où les gens vivaient dans des conditions de vie assez précaires et le point réservé au touristes était d’un niveau de confort, de luxe complètement dépareillé par rapport à la vie locale. C’est surtout ça le tourisme aujourd’hui !

Samuel : Une question tombe d’un spectateur à pic pour conclure cette première partie sur l’hospitalité. Est-ce que le tourisme responsable, éco-solidaire, n’essaie justement pas de revenir aux origines de l’hospitalité, et si oui, avec quelles limites et comment ? 2H07

Rodolphe : Le tourisme solidaire c’est un nouveau produit bien défini pour une clientèle bien définie, mais qui n’a pas vocation à remplacer le tourisme classique. Il s’ajoute au tourisme existant avec une clientèle particulière, une éthique, une philosophie particulière. Mais est-ce que les touristes solidaires vivent comme leurs hôtes ? Je n’en suis pas convaincu. Les hôtes savent très bien organiser une prestation dédiée à l’accueil de visiteurs dont ils connaissent a priori les attentes, mais je ne crois pas que dans le tourisme solidaire, on ait une immersion plus authentique que dans le tourisme classique. Certes on va bien souvent dans des lieux plus isolés, moins massifiés au plan touristique. Mais on peut aussi réfléchir, est-ce qu’on est pas en train, en pratiquant ce genre de tourisme, de contribuer d’une certaine manière à la pénétration du tourisme chez des gens qu’on tend aussi à transformer et à organiser en terme de critères qui sont les nôtres et pas les leurs.

Guillaume ; Je suis totalement d’accord. En terme spatial on a une extension de l’oekoumène touristique, sans arrêt ; on a tendance en développant le tourisme responsable, éco-solidaire à développer ça pour conquérir d’autres espaces au tourisme. Au final, c’est aussi un vernissage en quelque sorte de parler de tourisme responsable, éco-solidaire par rapport à l’hospitalité. On cherche à retrouver ces origines de l’hospitalité, à partager un chez-soi, quel qu’il soit, en terme d’espace, en terme de population, de pratique hospitalière soit mais justement il y a souvent une construction autour de ça, on a tendance à construire un chez-soi malgré tout, à chaque fois.  Mais en fait c’est un vernissage, une sorte de greenwashing.2h09

Rodolphe : À titre de contre-exemple,  je discutais avec quelqu’un qui m’évoquait la situation d’un tourisme qui se développait au Maroc, où les gens accueillaient chez eux. Il m’a dit quand les gens sont amenés à accueillir chez eux un visiteur, c’est qu’ils n’ont plus le choix. Ils sont vraiment obligés de le faire parce que ça ne va pas de soi, même dans la société la plus ouverte, d’accueillir quelqu’un chez soi, dans ses espaces domestiques. C’est pour ça que bien souvent il y a des espaces réservés aux gens de passage qui ne sont pas forcément les espaces de la vie quotidienne des familles. On est toujours dans une pratique d’ouverture et d’hospitalité, mais c’est pas parce que on a ces espaces réservés à l’accueil de la personne de passage, que pour autant les gens accèdent à l’intimité quotidienne des populations.

Deuxième partie: AirB&B, une hospitalité réappropriée par le tourisme ?

Samuel : On va passer à la deuxième partie. On va parler d’AirB&B. Car quoiqu’il en soit, des touristes, nous en sommes, il y  en a beaucoup, 1,4 milliards en 2018 dans le monde, et un mastodonte de cette industrie qu’est AirB&B, nous permet de comprendre le phénomène de l’hospitalité réappropriée par le tourisme. Guillaume, AirB&B a d’abord prospéré à l’encontre de ce modèle de destinations mercantiles, artificielles. L’idée c’était de s’adresser à des voyageurs – pas des touristes – on leur parle de découverte, d’expérience, de localité, avec le mantra « Be local » qui était leur slogan ; bref on leur parle d’hospitalité, en fait, en tous cas dans la sémantique. En quoi cela est vrai, a été vrai  et quelles différences on peut pointer entre cette intention initiale des AIRBNB et la réalité d’usage de la plate-forme ? 2h12

Guillaume : C’est vrai qu’au départ AirB&B c’était l’idée, on va pas partager le thé et les petits gâteaux avec son hôte, mais plutôt s’aventurer dans un voisinage qu’on aurait pas exploré, de résider dans des quartiers ou des lieux qui sont jusque là plutôt résidentiels et pas forcément touristiques ou qu’on aurait pas connus sans cela, etc… et vivre une expérience qui serait proposée par l’hôte. Et l’idée c’était vraiment d’établir une intimité avec l’hôte, avec ses bibelots ses œuvres d’art, tout ce qui fait sa personnalité et de traiter à l’inverse le voyageur comme un invité, etc…

Alors d’une part on a certes des usages de la plate-forme qui restent comparables, pour une partie, de ce qui est proposé sur la plate forme, parce que effectivement, on veut malgré tout essayer de s’éloigner des formes d’hospitalité qu’on peut retrouver dans les hôtels, on veut s’éloigner des codes et des standards hôteliers, renouer avec les locaux… Sauf que de plus en plus on voit qu’on veut rechercher ce qu’on appelle un service « sept étoiles » ce badge Superhost, c’est à dire des hôtes qui sont estampillés comme étant les hôtes les plus hospitaliers.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Que d’une manière générale ils ont tendance à bien accueillir, une décoration recherchée, des photographies recherchées également ; qu’ils vont proposer des annonces tirées au cordeau. Ça veut dire aussi qu’ils ne vont jamais annuler leur réservation auprès de leurs voyageurs…

Il y a aussi à côté de ça, une sélection d’hébergements appelée AirB&B+ qui correspond à des critères de qualité, ce design. Et donc on aurait tendance à se dire qu’au départ oui, le prétexte était bon, on veut s’éloigner des hôtels, mais finalement on s’en rapproche de plus en plus, avec des hôtes qui sont des sortes de micro-entrepreneurs, des personnes qui vont investir de leur argent et de leurs biens, parfois plusieurs, on parle alors de multi-propriétaires ou multi-loueurs, et dans ces cas-là ça devient presque l’équivalent de l’hôtelier puisqu’ils auront plusieurs biens qu’ils vont proposer à la location. Et au final on pourrait se demander où est la limite, si ce n’est dans l’encadrement de cette pratique et de ces hôtes qui finalement n’ont pas les mêmes droits que les hôteliers. Il y a une législation sur ça avec la loi Elan pour encadrer, mais pour autant ils ne sont pas protégés puisqu’ils sont des micro-entrepreneurs au même titre que les hôteliers. 2h15

Samuel : Pour enchaîner sur cette présentation, est-ce que à l’image de ce que l’anthropologue Saskia Cousin spécialiste du tourisme propose, est-ce qu’on peut dire que AirB&B a contrefait l’imaginaire du voyage et a insufflé un nouvel esprit au capitalisme ? L’idée qu’un phénomène économique global et mondial, le capitalisme de plate-forme, qui a trouvé dans le tourisme un sacré terrain de jeu ?

Rodolphe : Je suis d’accord avec ça. On peut dire que AirB&B a contribué à diffuser le tourisme sur des territoires qui initialement n’étaient pas organisés à des fins touristiques. Avec AirB&B tous ceux qui ont un capital pour le proposer en tant qu’offre touristique sont en capacité de le faire et tous ces gens là deviennent des agents touristiques potentiels. Et ça contribue à développer encore plus l’industrialisation du tourisme. Et on voit bien comment une pratique qui au départ se pose comme alternative, est en fait un segment de l’industrie touristique qui vient s’ajouter au reste et qui alimente cette machine infernale du tourisme en prétendant faire autrement. Après quelle est la part du cynisme, de la communication en prétendant offrir une alternative sachant qu’il y a derrière une intention de faire du business ? C’est aussi lié à toutes ces technologies numériques qu’on trimballe tous avec nous et qui nous permettent d’organiser nos activités, nos existences, nos achats, y compris dans le domaine touristique en passant par des plate-formes. Logique que l’on retrouve partout.

Samuel : Une question qui concerne les conciergeries, de plus en plus sur AIRBNB, qui font qu’il est plus difficile de parler d’hospitalité.

Guillaume : le principe de conciergerie c’est qu’il y a des entreprises qui se développent, comme à Lyon, et qui ont tendance à gérer des biens immobiliers pour le compte d’autres propriétaires. Là, effectivement, on se rapproche de maisons d’hôtes, d’hôtels, ce n’est même plus la personne qui habite le lieu qui va accueillir, mais on a des conciergeries qui vont s’occuper de plusieurs biens et là oui, on peut difficilement parler d’hospitalité à partir de la définition de laquelle on est partis.

Rodolphe : On peut ajouter que AIRBNB, là où ça s’est développé dans des villes, a contribué à écarter les habitants d’une offre de logements qui ne leur étaient plus accessibles ; a contribué aussi à réserver des quartiers complets au tourisme, là aussi on est dans une forme de ségrégation entre vie locale et vie touristique.

Samuel : Une question qui permet d’enchaîner. « Diriez-vous que le modèle AIRBNB a été dévoyé par l’ubérisation et désormais les autres doivent être invisibles comme les individus qui s’occupent de nos trottinettes, des vélos en libre service… » ?

Guillaume : Je sais pas si ça a été dévoyé par l’ubérisation, ça portait déjà en germe ces éléments là. Ça prône quand même un capitalisme de plate-forme, au départ. On tourne autour de l’idée qu’on veut développer ce type de personnes qui mettent surtout en avant des images, parce qu’au final, ce qu’on garde de AIRBNB c’est surtout des images, des photographies, de beaux lieux, de beaux espaces, et les personnes on les voit de moins en moins. Donc ça n’a pas été dévoyé, ça existait déjà en germe.

Samuel : Vous analysiez AIRBNB comme participant à faire de l’hôte un entrepreneur de soi, qui marchandise son espace domestique. Qu’est-ce que vous entendez par entrepreneur de soi ?

Guillaume : Je considère que AIRBNB c’est une épistémè au sens de Foucault, c’est-à-dire que c’est un cadre général de la pensée qui est fondé sur une entrepreneurisation des comportements et des individus. Ainsi AIRBNB est fondé sur un système de notation et de commentaires, sans arrêt. La plate-forme va amener les individus à avoir de bons commentaires, puis de meilleurs, de bonnes notes, puis de meilleures, de belles photos etc…L’objectif c’est d’établir une confiance entre le touriste et l’hôte, et ça fait de l’individu une sorte d’hôte calculateur, stratège, performant, ce que Foucault appelle un entrepreneur de lui-même, et en fait la plate-forme AIRBNB du fait de son fonctionnement même et de son design oriente les conduites des individus et les oblige à adopter ce comportement. Et même certains auteurs parlent de technologie de gouvernement à propos de AIRBNB, que ça fait des individus, des entrepreneurs individualistes, néolibéraux, soucieux de leur image, de leur réussite ; et c’est ce qu’on voit très bien avec le cas du Superhost. On ne voit pas l’image en-dessous, mais on a une construction de l’image autour de AIRBNB qui est très travaillée, avec un intérieur très photoshopé…

Samuel : On peut aussi utiliser ce tableau que vous m’aviez transmis, Guillaume, et qui présente le rapport entre le prix du loyer AIRBNB et le prix du loyer en marché immobilier classique. Qu’est-ce que ça dit de l’utilisation de AIRBNB et du fait que ça soit du capitalisme de plate-forme et non plus d’échange d’hospitalité ?

Guillaume :Le plus important et le plus intéressant par rapport à AIRBNB c’est le studio T1 parce que c’est ce qu’on a le plus, avec le plus de données, et on voit que ça rapporte quatre fois plus pour la personne qui loue son logement sur AIRBNB que si elle le louait de manière classique.

Rodolphe : C’est ce qu’on disait tout à l’heure, vous avez plus d’intérêt à louer votre appartement à un touriste de passage qu’à un habitant du quartier qui a besoin de se loger pour travailler. On rencontre ça à Lyon dans certains quartiers ; on le rencontre aussi dans toutes les zones touristiques, par exemple en Corse, c’est très compliqué pour un jeune professeur nommé dans un village corse, en bord de mer notamment, de trouver un appartement pour pouvoir se loger parce que tous les appartements sont réservés au tourisme. C’est comment l’économie touristique vient se substituer à l’économie locale. Quand tout va bien on peut dire qu’elle vient la renforcer, mais aujourd’hui on voit que cette économie est en fait très fragile, parce qu’elle dépend de flux qui sont extérieurs au territoire, donc une économie qui par principe est fragile, et aujourd’hui avec la pandémie de covid, on voit que le tourisme a reçu frontalement ce choc là et à du mal à s’en remettre, en particulier les territoires qui ont trop misé sur le tourisme qui sont en grande difficulté.

Guillaume : À l’échelle de Lyon, dans les lieux résidentiels comme la Guillotière par exemple, où on a un taux de AIRBNB qui a tendance à exploser en ce moment, j’avais rencontré une association qui combat ce phénomène, parce que ça évince des populations entières et aussi que ça met à mal tout un fonctionnement social local. Parce qu’on avait des populations racisées, mais aussi des populations peu argentées, qui étaient accueillies dans des lieux qui étaient des squats, des lieux qui sont petit à petit réhabilités, et il y a donc une forme de gentrification qui marque ces quartiers et qui est fortement lié à AIRBNB. Et ces acteurs locaux disaient que c’était une catastrophe pour eux par rapport à ce tissu associatif et aux gros acteurs qui investissent dans l’immobilier et qui viennent mettre à bas le fonctionnement habituel.

Samuel : Nouvelle question. « On voit que le problème qu’a crée AIRBNB à Venise où les Vénitiens sont partis sur la terre ferme. L’économie touristique présente une nouvelle carte de l’économie locale ». Comment on réagit à cette assertion ?

Rodolphe : L’économie touristique tend à intégrer l’économie, à la mettre sous sa dépendance. Mais on ces dernières années on a vu des phénomènes de résistance émerger on ne peut plus touristifier le monde avec autant de sérénité qu’avant. Il y a des projets d’aménagements touristiques qui se voient contestés. On sent qu’on a des populations qui se « révoltent » contre cette mainmise de l’économie touristique sur leur territoire, sur leur mode de vie. Le consensus touristique de plusieurs décennies se fissure. Et là aujourd’hui on est face à une crise, depuis un an avec la covid, dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences, et comment l’industrie touristique va se sortir de cette situation. Mais ce qui est sûr c’est que ça vient agrandir cette fissure.

Guillaume : À Venise, dans le contexte actuel, on voit que la municipalité a encadré le tourisme, par exemple une interdiction des paquebots qui ne peuvent plus rentre dans Venise, ce qui est salué par les Vénitiens. Après est-ce que ça va ramener dans Venise ? En tous cas il y a des actions.

Pour rebondir sur ce que disait Rodolphe, cette touristification elle est contestée. Par exemple dans le cadre lyonnais, à l’époque où on réfléchissait à la Métropole de Lyon à encadrer AIRBNB à Lyon, le comité de quartier des pentes de la Croix Rousse et l’association  de la « Renaissance du vieux Lyon » qui contestaient la touristification de ces deux quartiers, la Croix Rousse assez gentrifiée et le Vieux Lyon, très touristique et patrimonial, donc des quartiers assez différents en terme de dynamique, mais pour autant, dans ces deux cas, des acteurs se sont soulevés pour contester la rbanbisation et ça a joué en faveur d’un règlement, peut-être insuffisant, mais d’un règlement malgré tout.

Samuel : Dans cette logique, on peut citer le Parc des Calanques qui a entrepris une politique de démarketing et qui vient de fermer ses principaux accès par la route, on peut citer Amsterdam qui a pour ambition de fermer ses coffe-shops aux touristes étrangers, donc des démarches fortes. Ces mouvements là viennent faire écho à ce que la covid 19 va sans doute accélérer. On nous promets un tourisme d’après dans un monde d’après, mais il ne faut pas être dupes quant aux intentions quand les vannes seront rouvertes. On le voit dans le cadre européen, la Grèce hyper dépendante au tourisme pousse pour accélérer la mise en place du passeport vaccinal, fait des offres touristiques et de la publicité à tout va auprès des populations européennes pour accélérer les réservations.

J’ai quand même l’impression que les motivations à voyager vont changer, et pourquoi pas les attentes d’hospitalité. Dans son acception originelle dont on a parlé, l’hospitalité ce n’est pas seulement logé, nourri, blanchi, c’est une expérience sensible avec l’autre. Est-ce que vous pensez que la crise du covid puisse aboutir à un retour en force de cette hospitalité dans les pratiques de voyage ?

Guillaume : Avec le covid il y a eu un retour sur soi avec le confinement, un retour sur notre espace proche… Certains se sont rendus compte qu’ils voulaient voir leur quartier, leur ville changer, parce qu’on a cette volonté de retrouver un meilleur cadre de vie, avant de penser au tourisme. Après, si on réfléchit au cadre de AIRBNB, il y a plusieurs hypothèses. Certains chercheurs pensent qu’il se peut que AIRBNB s’en retourne à ce qui était au départ, c’est-à-dire à proposer des espaces partagés à des personnes ordinaires et dans une façon moindre dans une version standardisée et capitaliste. Derrière ça veut dire que les multi-loueurs, les conciergeries se sont rendus compte qu’avec le confinement, les mesures de limitation de déplacement, c’est moins intéressant de louer son bien via AIRBNB que de manière classique. Donc ces biens retournent finalement sur le marché classique. Donc on peut s’attendre à ce que AIRBNB évolue dans ce sens là. Sauf qu’à l’inverse, on peut voir qu’il mettent en place des expériences en ligne, « des activités uniques, animées par des hôtes exceptionnels, sans sortir de chez vous ». alors soit ils vont retourner vers quelques chose de plus hospitalier, soit au contraire ils vont évoluer et être toujours dans ce cadre marchand. Parce que ce qui est au centre de AIRBNB maintenant, ce n’est plus l’hospitalité, c’est l’expérience. Et pour le coup, c’est en ligne, parce qu’ils s’adaptent à la situation.

Rodolphe : On fait un pas vers la marchandisation de tout, de l’existence même.

Pour revenir à la question du démarketing,ou du remarketing, car il y aussi toute une idéologie chez les industriels du tourisme, de dire, par exemple pour la France, 80% des touristes vont sur 20% du territoire, donc il existe une manne territoriale inexploitée qu’il faut aménager pour, d’une part lutter contre la surfréquentation de certains lieux et redéployer les flux touristiques vers des lieux qui jusque là n’étaient pas très attractifs en multipliant les infrastructures, en créant de l’attractivité. Mais là on n’est pas du tout dans une alternative au tourisme ou de décroissance touristique à laquelle pourrait laisser croire le démarketing, mais plutôt dans une logique de toujours plus. On a un territoire qu’il faut encore plus développer touristiquement pour pouvoir répartir autrement des flux touristiques dont on espère qu’ils seront toujours plus nombreux. Donc cette logique là, qui prévalait avant la pandémie, je pense qu’elle est toujours dans les esprits. Vient s’y greffer la dimension il faut voyager moins loin, redécouvrir les territoires de proximité ; dans l’absolu, je serais plutôt d’accord avec ça, sauf que si on maintien ce capitalisme et qu’on le réoriente vers du local, on aura les mêmes difficultés : surfréquentation, pollution, nuisances, conflits d’usages… et ça ne règle en rien les problèmes que le tourisme posait avant la pandémie. 2H41

Samuel : Dans votre dernier bouquin vous citez Marc Augé, qui est un anthropologue qui incite le lecteur à réapprendre à voyager, éventuellement plus proche de chez nous pour réapprendre à voir. Pourtant le livre s’appelle L’impossible voyage ! Est-ce que vous y croyez vous à cette reformulation du tourisme et de l’hospitalité ?

Rodolphe : en fait, la critique du tourisme elle déborde largement la critique du secteur touristique ; de mon point de vue, c’est une critique du capitalisme dans son ensemble et de ce qu’il devient, et de cette marchandisation généralisée de tous les aspects de l’existence mais aussi de tous les territoires imaginables. Aujourd’hui on voit qu’il y a une poussée vers l’espace, je suis assez inquiet des initiatives de quelqu’un comme Elon Musk. Et on voit arriver, une espèce d’utopie qui serait que lorsqu’on aura fini d’exploiter la Terre on rendra systématique l’exploitation de l’espace. Pour moi la critique du tourisme ne sera efficace que lorsqu’elle sera consciemment une critique du capitalisme, de tout un système. C’est assez facile à dire mais plus compliqué à faire. C’est une révolution culturelle.

Samuel : Passons à l’image suivante : Guillaume, le message de cette plate-forme est très intéressant en soi ; je suis le premier à plonger dans ce genre d’initiative ! Est-ce qu’on peut et est-ce qu’on doit sortir du modèle d’économie de plate-forme. Est-ce qu’on peut partager chez soi sans AIRBNB ou sans réinventer un nouveau AIRBNB plus vert, et si oui, comment ?

Guillaume : Il faut sortir du modèle d’économie de plate-forme, ça, oui. Au départ l’idée c’était bien de proposer un monde fondé sur la disponibilité des biens ou des hébergements avec AIRBNB, mais le problème c’est que ça ne reposait pas sur un véritable partage en fait, avec ces plate-formes, ça reposait sur le fait que des individus dotés en capital puisse partager leur propres biens. Donc oui il faut sortir de ce modèle de capitalisme de plate-forme, comme l’a appelé Sébastian Olma, par contre c’est difficile de s’en passer, d’abord par ce que c’est facile d’utilisation, tout le monde va sur Internet et ensuite sur ces plate-formes. Ensuite il y a des garanties de sécurité qui sont proposées aux hôtes, aux voyageurs, et même des garanties environnementales, c’est ce qu’on voit avec cette plate-forme, Paris-New- York consomme moins de CO² que Paris Marseille. Oui, mais ça fonctionne quand même sur une base de plate-forme qui brasse de l’ argent, que ce soit Green Go ou AIRBNB, c’est à peu près la même chose.

Samuel : Alors on reprend le bottin ou on retourne à l’office de tourisme ?

Rodolphe : L’office de l’anti-tourisme peut-être ! Il faut réfléchir sur ce qui rend le tourisme incontournable ? Le tourisme, c’est cet espèce de réflexe du départ pour oublier sa vie quotidienne. C’est aussi le symptôme d’une vie quotidienne qui serait tellement devenue invivable qu’on ne puisse plus s’en contenter. Oui, on espère retrouver de la relation au monde, de la convivialité, un lien avec la nature… au loin parce qu’on l’a plus chez soi. C’est pour ça que je réfléchi en terme d’écosophie, c’est-à-dire de retrouver un rapport à l’environnement, à l’altérité, une autre relation au monde. C’est un peu une gageure de penser comme ça, parce qu’aujourd’hui la pandémie actuelle m’a coupé l’herbe sous les pieds : avec les masques, les gestes barrières, on ne peut plus accueillir de monde, on ne peut plus se déplacer ; c’est comme si il y avait une espèce de barrière intellectuelle entre la réflexion telle qu’on a envie de la mener et la réalité telle qu’elle est. On est face à des difficultés qui sont importantes, mais on ne doit pas se décourager, on est dans des situations qui sont très stimulantes, mais qui sont déconcertantes ; c’es un défi à relever.

Samuel : Hartmut Rosa, qui est un sociologue et philosophe, parle de rendre le monde indisponible. Je cite : « c’est pas la soif d’obtenir encore plus, d’en voir plus, mais la peur d’en avoir ou d’en voir de moins en moins qui entretien le jeu de l’accroissement » de l’accroissement touristique en l’occurrence. Ça résonne particulièrement avec vos propos.

Guillaume : Hartmut Rosa a tendance à dire qu’on est dans un monde qui s’accélère de plus en plus et lui il a tendance à privilégier une éthique de la lenteur. Est-ce qu’il faudrait réfléchir à un tourisme plus lent ou sortir du tourisme pour soi-même être plus lent, plus apaisé. Je rejoins complètement l’analyse de Rosa qui voudrait décélérer dans un monde où on veut toujours plus, alors qu’il faudrait peut-être avoir moins pour être plus heureux soi-même.

Samuel : on va essayer de revenir à ce qui nous occupait au début, c’est-à-dire le lien hospitalité tourisme, hospitalité phénomène migratoires. Admettons que le principe d’hospitalité se diffuse largement et supplante le seul principe de l’accueil touristique industrialisé. Est-ce que le tourisme aurait intérêt à s’ouvrir à ceux qui voyagent pas pour leur loisirs mais pour leur survie. Accueillir des non-touristes ? Quel pont on peut faire entre tourisme et migrations. Penser l’expérience d’accueil au-delà de la seule hôtellerie, de la location de vacances est-ce que c’est possible ? Est-ce qu’on peut partir des initiatives de réquisition d’hôtels pendant la pandémie pour héberger des migrants, des sans-abris ? L’exemple de complexes touristiques aux Canaries, qui faute de touristes accueillent des centaines de réfugiés. Est-ce que ça peut être intéressant de fixer des ponts entre les deux ?

Rodolphe : Dans le phénomènes migratoire, il y a une nécessité de survie au fait de partir pour trouver une vie meilleure, on est pas du tout dans une logique d’agrément, ce qui est la définition du tourisme. Mais néanmoins dans les dernières années on a vu la confrontation brutale lorsque des migrants arrivaient sur une plage fréquentée par des touristes, la cohabitation de ces deux types de personnes déplacées devenait d’autant plus criante que d’un côté on avait des gens qui étaient dans une forme de « luxe » et des gens qui voyageaient par nécessité en prenant tous les risques. Ce qui m’intéresse, c’est que les premiers voyageurs, les premiers héros de l’imaginaire touristique, c’était aussi des gens comme Jack London qui lorsqu’il part, écrit ses livres est d’abord quelqu’un qui voyage pour sa survie. Lorsqu’il part ce n’est pas pour voir l’Alaska, voir de beaux paysages, il part pour chercher de l’or ! Donc il y a une porosité peut-être entre ces types de déplacements, mais aujourd’hui, ce sont quand même deux logiques différentes : réquisitionner des hôtels pour les offrir à des migrants, je ne pense pas que ça puisse être considéré comme une nouvelle forme de tourisme.

Guillaume : En fonction de qui on parle quand on parle de migrants,  je pense qu’il y a plus ou moins de nécessité à être hébergé à avoir besoin d’hospitalité, quand on parle de réfugiés il y a une urgence ; quand on parle de migrants de travail, de migrants économique ou liés aux études, je pense qu’il y a une moindre urgence.

En dehors de l’immigration il y a le cas des SDF, on en parle trop peu. L’hospitalité c’est pas que pour les migrants ou les touristes mais aussi pour les personnes qui sont chez nous, qui sont dans la rue, qu’on voit tous les jours. Et pour relier la question de l’hospitalité à notre thème global, ce serait le droit à la ville et le droit au logement.

Rodolphe : Il y a aussi un autre droit, c’est le droit à l’errance. Je pense aussi que dans les populations SDF il y a aussi des gens qui ne peuvent pas, qui peut-être ne veulent pas rentre dans la norme de la sédentarité. Le droit à l’hospitalité et le droit à l’errance, c’est peut être une manière de penser un futur du déplacement qui se déploierait en dehors de la norme marchande !

Samuel : Question : « Quid des aventuriers et explorateurs ? Peut-on parler d’hospitalité pour ces aventuriers ? »

Rodolphe : On peut considérer que ces « aventuriers » là, sont aussi les troupes de choc pour les flux touristiques à qui ils ouvrent des pistes. Alexandra David-Néel, lorsqu’elle explore le Tibet, qu’elle écrit ses livres, ne se doutait absolument pas, que quelques décennies plus tard, l’Himalaya serait encombré de déchets, de poubelles liées aux expéditions ; qu’on observerait des embouteillages d’alpinistes pour aller conquérir l’Everest. Ce sont aussi les premiers de cordée de l’imaginaire touristique. Derrière, dès qu’il y a une attractivité, des aménagements arrivent, des prestations sont vendues et on a une mise en exploitation de ces lieux.

Guillaume : Au départ les aventuriers ils partent pourquoi ? Pour découvrir quelque chose qui a un côté exotique. Donc on part du présupposé que c’est exotique, donc on va exotiser les populations et au final, on ne recherche pas du tout une hospitalité chez ces populations, on va rechercher, en caricaturant, des femmes nues, sexualisées, des hommes au corps d’athlète… Le sensationnel.

Rodolphe : L’exotisme, on est pas forcément obligé de partir très loin. Ce n’est pas une catégorie objective de l’expérience. On a aujourd’hui des écrivains qui nous décrivent des échangeurs autoroutiers et des gens qui y vivent dans des marges de la société urbaine, dans des non-lieux, des zones grises. Et peut-être que l’exotisme il est ici, dans les interstices de la réalité.

Guillaume : Pour rebondir sur Instagram, il met en avant des photos de ces interstices. Ça ne va pas forcément dire que ça va faire l’objet de tourisme, mais ça crée des followers. Ça joue beaucoup sur ces fragments du quotidien, proches de nous et qui peuvent être attractifs.

Samuel : Et il s’agit essentiellement de mises en scène, de fake…

Rodolphe : il y a peut-être aussi la dimension initiatique de l’expérience exotique. Je crois qu’on peut distinguer un tourisme qui est toujours lié à une forme d’organisation marchande, d’un autre type d’expérience qui serait plus lié à une dimension initiatique de transformation de soi, et qui elle, peut très bien se nourrir de choses pas du tout attractives ou exotiques au sens sensationnel du terme ; qui peuvent aussi arriver par accident, de manière imprévue dans l’existence de quelqu’un. Et je pense que ces dimensions là sont à sauver, dans l’expérience de l’altérité. Ce rapport à l’autre, au sens large, humain, animal, nature, rapport au vivant, qui a la capacité, la puissance, de nous chambouler dans nos repères et de nous faire découvrir d’autres pans de la réalité. C’est ça qui mérite aussi à être réfléchi dans la dimension du voyage.

Samuel : Je vous remercie.


Compte-rendu de la première table ronde de la Nuit de la Géographie 2021 : Géographe un jour, géographe toujours !

Débat animé par Hélène Chauveau avec la participation d’Anne Lacambre, responsable éditoriale dans la célèbre collection d’Atlas Autrement, Thibaut Sardier, journaliste chez Libération dans le service Idées et organisateur du FIG (Festival Internationale de Géographie), Pierre-Marie Georges, travaillant avec l’Association des maires ruraux de France et François Besancenot, président de l’association « Santé Gout Terroir » et fondateur de La Géothèque.

Figure 1-Visioconférence de la première table ronde « Géographe un jour, géographe toujours » du 9 avril 2021

A l’occasion de La nuit de la Géographie du 9 avril 2021, Hélène Chauveau, docteure en géographie rurale et présidente de la Géothèque a interrogé des professionnels issus de la géographie exerçant en dehors du professorat et de la recherche afin de comprendre la spécificité du regard et de l’approche géographique dans des secteurs aussi variés que la cuisine, l’associatif, l’édition et le journalisme.

La diffusion de la culture géographique  

Après une présentation du parcours supérieur des invités, seront tour à tour présentées les manifestations singulières de la culture géographique dans les approches professionnelles respectives. Au fil du débat, on comprend que bien que des sensibilités différentes soient à l’œuvre, c’est bien l’espace qui préfigure comme grille de lecture du monde chez nos invités :  aucun n’échappe au lieu.

Notre première intervenante est guidée par son goût du livre et par une ferme volonté de transmettre le savoir géographique. Après  une thèse en géomorphologie, Anne Lacambre a travaillé quinze ans durant dans l’édition de manuels parascolaires et universitaires pour aujourd’hui être spécialisée dans l’édition d’atlas dans la maison d’édition Autrement. Cette fonction nécessite une réelle capacité à adopter une approche multiséculaire et spatio-temporelle tant elle doit manier avec aisance des atlas aux problématiques diverses. Elle souligne que la discipline géographique, complète et synthétique, science de compréhension du monde est un réel atout dans l’exercice de sa fonction.

Notre second invité, François Besancenot, après une thèse en géographie et une carrière de professeur, obtient un CAP cuisine et crée l’association Santé goût Terroir avec un objectif bien précis : éveiller le rapport de l’homme/territoire par l’éveil des sens gustatifs. En effet, il s’est rendu compte que la promotion de produits et recettes locaux autours d’un buffet ou lors d’une animation permettait une réunion d’acteurs inédite amenant à réinterroger l’espace et de le rendre de nouveau, singulier. C’est une véritable expression de la géographie à travers l’approche alimentaire qu’il rend accessible à tous. Sa formation de géographe est alors réellement mis à profit dans l’espace extra-universitaire. Il concrétise cette idée forte en géographie, qu’être ici et non ailleurs n’est pas égal, en promouvant au public par l’approche gustative l’implication de cette maxime.

Chez Thibaut Sardier, le rapport aux territoires s’ancre de manière intuitive dès ses études secondaires. En tant que journaliste à Libération, son approche géographique lui permet de donner à lire une approche pertinente et originale dans la lecture du monde contemporain en rappelant que la géographie n’est pas aussi présente que la sociologie ou l’histoire dans le monde médiatique. En travaillant dans la rubrique Idées, traitant l’actualité sous l’angle des sciences humaines et sociales ou traitant de l’actualité des sciences humaines et sociales, provenir d’une discipline « science carrefour » lui offre plusieurs clefs de départ en géographie urbaine, rurale ou sociale tout en l’amenant vers des problématiques spatiales.

Enfin Pierre-Marie, géographe ruraliste s’est orienté vers la géographie afin de s’orienter vers développement local, au fur et à mesure, une réelle curiosité née pendant son parcours de thèse lui permettant d’affiner son regard sur la géographie rurale. Après plusieurs années d’enseignement diversifié, il travaille aujourd’hui au sein de l’Association des Maires Ruraux de France afin de porter leurs spécificités et de les accompagner. En contact permanent avec des acteurs des collectivités ou des techniciens, il souligne que la géographie lui à donner de sérieuses clefs dans l’animation d’échanges mais aussi dans la capacité d’aller chercher l’information essentielle chez ses interlocuteurs.

Interroger le rapport à la  médiation/ vulgarisation géographique ?

Selon Thibaut Sardier, la géographie est prédisposée à une certaine facilité de médiation tant chacun entretient un rapport plus ou moins inné à l’espace. Selon ce journaliste, c’est ce levier de familiarité sur lequel on peut travailler pour aller vers des problématiques plus complexes ou moins évidentes. Comme Pierre-Marie Georges, il place la géographie comme cause à défendre en vue de sa pertinence face aux enjeux contemporains.

Pierre-Marie Georges rappellera également que l’on évolue dans une époque avec une forte capacité à changer de regard, à aller plus loin, à s’orienter sur des problématiques diverses. La géographie possède pour lui, cette réelle capacité à concrétiser avec des éléments du débat par sa rigueur disciplinaire tout en gardant « la valeur du terrain », témoignant du monde.

Pour François Besancenot, l’approche gustative qu’il met en avant permet de mieux cerner les perceptions sensorielles, celles-ci amenant une curiosité quant à sa production tant on a fait l’expérience du produit : le goût comme lié à ses conditions de production, le goût comme expression du terroir dans le domaine de la biogéographie. Ce travail de médiation apparait alors comme particulièrement inclusif, chasseurs, techniciens de l’aménagement, gestionnaires de l’environnement, membres de collectivités, habitants locaux se côtoient et échangent autour d’un buffet. Comme il le rappelle, c’est une manière de se remémorer  la géographie du monde que l’on habite et qui nous habite, celle-ci nous  faisant comprendre notre environnement.

Anne Lacambre exposera alors par la suite l’atout de la carte et de l’atlas dans la médiation, d’une part, plusieurs atlas de la maison d’édition Autrement sont à destination d’un public non professionnel, dans une volonté de donner à voir, de rendre accessible à tous cette perspective si intéressante de la géographie, qui concrétise et spatialise l’histoire, les enjeux. A travers des problématiques simples, ces atlas sont l’occasion pour un public non-familiarisé de comprendre comment la géographie permet de mieux cerner le monde à travers la carte qui ne peut se résumer à un outil du voyage mais s’avère être un réel outil pédagogique. Par-delà sa responsabilité au sein de la collection d’Atlas, Anne Lacambre collabore parfois avec d’autres maisons d’édition. C’est ainsi énonce gaiement qu’elle « distille de la géographie un peu partout ». En effet, en collaboration avec les éditions Flammarion, elle fait éditer une Carte de France des curés dans la littérature classique. On comprend alors que la géographie a tous les atouts pour s’inscrire dans d’autres champs disciplinaires.

C’est d’ailleurs ce qu’expose Thibaut Sardier dans une optique d’inscrire plus durablement la géographie comme grille d’analyse pertinente dans le champ médiatique et chez le grand public. En tant que président de l’Adfig organisant le Festival International de Géographie (FIG) à Saint-Dié-des-Vosges, dans la région Grand Est, il promeut la découverte de l’approche géographique en relation avec des thématiques plus ou moins évidentes. En septembre prochain,  le « Corps » est à l’honneur, l’occasion d’une souplesse riche pour les scientifiques et de nouveaux liens à tisser entre les chercheurs et le public.

« Géographes, sortez de vos grottes » !

Suite à une relance de l’audience, les invités sont amenés à réfléchir sur les limites de cette médiation. Selon Thibaut Sardier, cette faculté des géographes à analyser des situations contemporaines n’est pas assez mise en avant sur la scène médiatique, le géographe n’est pas seulement un spécialiste de la littérature de voyage. Néanmoins, il appelle à un effort conjoint du public et des spécialistes. Si le grand public doit peut-être faire part d’une plus grande curiosité à l’égard de la discipline, il soumet à l’esprit que les chercheurs et chercheuses doivent peut-être se montrer moins conceptuels dans la médiation, qu’ils osent sortir de leur spécialité et faire des liens avec des problématiques plus générales dont il ne sont pas spécialistes mais bien légitimes. C’est selon Thibaut Sardier, une véritable occasion à saisir pour s’insérer et porter les atouts de l’approche géographique dans les arènes de la discussion médiatique. Aussi, il souligne que d’autres spécialistes dans les sciences sociales soumettent régulièrement des textes pour la tribune du service Idées, cependant, c’est un réflexe encore trop peu présent chez les géographes : aucun papier de géographe n’a été envoyé lors de la problématique du porte-conteneur bloquant le canal de Suez, une actualité éminemment géographique. C’est alors un appel pour réinvestir le rapport entre l’actualité et la géographie.

Pour Pierre-Marie Georges, le statut quelque peu dénigré de la géographie, peut être en raison de sa méthode mal comprise par les autres disciplines des sciences sociales engendre certaines difficultés chez les géographes à assumer un discours. Selon lui,  les économistes ont plus de facilité à exposer un discours dans les médias. Il soumet à la réflexion le fait que l’analyse géographique nécessite une plus lente appropriation du discours. Bien que la carte soit un outil privilégié de la médiation géographique, elle est aussi facilement dévoyée par la sémiologie graphique ou le traitement statistique. Afin d’illustrer son propos, il rappelle que les élèves du secondaire sortent de cette formation avec la forte idée qu’un texte doit être analysé au prisme de son auteur, de ses orientations philosophiques ou politiques. En revanche, il souligne que peu d’entre eux adoptent la même posture vis-à-vis des cartes qui leur sont présentées. Hélène Chauveau rebondit par la suite que les géographes doivent sortir de l’ombre, expliquer les cartes ! 

Suite à une question de l’audience portant sur les obstacles que peuvent rencontrer les géographes, François Besancenot explique au regard de son expérience que le principal obstacle du géographe est sa lisibilité, il souligne que celui-ci a du mal à se faire un nom, à se présenter « en tant que » géographe. Dans ce même souci de lisibilité, Thibaut Sardier fait part d’une certaine indifférence envers les géographes ou bien d’une réduction de la géographie à la géopolitique.

Une seconde question émerge concernant l’existence d’une communauté de géographe. Le journaliste Thibaut Sardier rebondit de nouveau en expliquant que dans son milieu, il peut mobiliser un petit carnet d’adresse pour traiter différent sujet. Selon Pierre-Marie Georges, cette question de communauté est délicate car fondamentalement, des oppositions sont en place au cœur de la discipline géographique. Néanmoins, par-delà la question de savoir si les oppositions internes sont-elles plus fortes que les oppositions externes, il rappelle que lors de désaccord, l’intérêt est bien dans discuter en off, la démarche et les propos. Aussi, il souligne que le FIG permet de  « faire communauté » en comme rendez-vous annuel, riche en rencontre et en discussion.

Cet échange a alors été l’occasion de comprendre les apports de la formation géographique dans d’autres sphères professionnelles. Ainsi, on retiendra que nos invités semblent conserver et mettent à profit cette grande capacité d’analyse et une certaine saisie de la complexité à plusieurs échelles de temps et de lieu. C’est aussi par une sensibilité singulière aux enjeux sociaux et environnementaux qu’ils s’inscrivent légitimement en dehors du champ académique, quand on est géographe de formation, on ne se refait pas !

Envie d’en savoir plus ? Retrouvez l’intégralité de la discussion à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=v531Dh6GW_s

La nuit de la géographie 2018 : bilan

Le CNFG a lancé en 2017 l’impulsion d’un événement européen de partage de la géographie, la Géothèque a souhaité porter en 2018 la version lyonnaise de cet événement !

L’organisation

Au fil de la mise en place de l’événement, des partenaires se sont joints au comité d’organisation d’une quinzaine de personnes.

Partenaires :

– École Urbaine de Lyon
– Université de Lyon
– Géoconfluences
– CartONG
– CafésGéo de Lyon
– le RGLL
– Géorizon
– AFNEG
– APHG
– Hévéa + La Cuisine Itinérante (lieu accueil et restauration)

C’est la Géothèque, en tant qu’association de promotion de la curiosité géographique qui est porteuse de cette Nuit de la Géo à Lyon.

Le lieu, la fréquentation globale, la communication

Le patio de l’Hévéa, lieu de rencontres géographiques

Le lieu choisi, l’Hévéa, « centre d’affaire éthique » accueillant des entreprises et associations d’ESS, s’est parfaitement prêté à la Nuit de la Géo, offrant un espace restauration (alimentation locale), un espace pour les ateliers, un autre pour les conf/café, le tout assez ramassé dans l’espace pour être convivial.

On estime à 200 personnes la fréquentation globale du lieu pendant la soirée, en comptant les personnes arrivées/reparties tôt, ou inversement arrivées/reparties tard, le public ayant évolué pendant la soirée. La qualité des interactions permises par une fréquentation moyenne et l’agencement des lieux a souvent été soulignée très positivement. De nombreuses personnes ont été tenues au courant de l’événement par : les réseaux professionnels de professeurs, le réseau propre au Mapathon, des réseaux étudiants, l’événement facebook, ou encore la newsletter de Géoconfluences.

Contenus

Départ de la balade urbaine, devant l’Hévéa

Balades urbaines

Deux étaient proposées en simultané (18h30-20h)

– La gentrification de la Guillotière : environ 60 personnes sont parties, très satisfaites. Il y a une importante demande de balades urbaines de la part du public.

– Traverser Perrache à pied, balade sensible : 20 personnes ont participé, dont une dizaine ont ensuite participé à la lecture de haïku rédigés en lien avec cette balade.

Ateliers

Plusieurs ateliers avaient lieu en simultané (18h-22h) dans une grande salle divisée en sous-espaces, la fréquentation a été continue (avec un creux pendant les balades urbaines puis à la fin) :

– Nomad Maps : retours très positifs, fréquentation continue et échanges de qualité
– Géograffitis : positif, a eu de bons échanges avec des curieux du graff.
– Campus Comestible : de bons retours aussi
– Cartographie sensible : un des gros succès de cette édition : a permis de proposer quelque chose d’adapté aux enfants mais pas seulement ! Une vingtaine de cartes ont été réalisées avec des matériaux faisant appel aux sens puis exposées au fur et à mesure
– Mapathon : gros succès également, une trentaine de cartographes pendant la soirée, habitués ou non des mapathons, de tous les âges et niveaux techniques. Le retour explicatif fait à tout le public en cours de soirée a été apprécié.

Projection du film Construire Mazagran puis débat avec la réalisatrice : la programmation tardive (début du film à 22h30) et la concomitance avec le débat du RGL a fait qu’il y avait peu de personnes à la projection (une vingtaine) malgré l’intérêt du film et du débat qui a suivi.

Expos/Librairie

Les expositions (de photos d’étudiants de l’asso Géorizon ; et d’une photographe Delphine Charlet) ont été appréciées. La présence d’un stand d’ouvrages en lien avec les thématiques actuelles de la géographie, grâce à la Librairie Archipel, a été fructueuse et permettait la discussion et l’échange avec les auteurs présents pour les conférences.

Espace café

3 moments qui ont tous été fréquentés par environ 50 personnes à chaque fois (avec un pic à 70 personnes pour le second) :

– Café Géo de Stéphane Crozat sur les légumes anciens et la biodiversité cultivée
– Conférence de Michel Lussault sur la géographie à l’heure de l’Anthropocène
–  Atelier « surtout-pas-conférence » par le Réseau des Géographes Libertaires

Le café géo de Stéphane Crozat

Pour faire partie de l’aventure l’année prochaine contactez nous sur  : nuitdelageolyon@gmail.com 

Le mot du président

Chers lecteurs, chers ami-e-s de la géographie, chers curieux et curieuses,

L’association La Géothèque fêtera ses 5 ans en septembre prochain. Je vais vous épargner les analogies habituelles en ces circonstances (les premiers pas de la Géothèque, ses premiers mots, sa première fessée déculottée quand des pirates ont mis le site à sac, etc.) mais je félicite chacun des fondateurs, chacun des membres, chacun de ceux qui nous rendent visite régulièrement ou qui parlent de nous autour d’eux, d’avoir permis à la Géothèque d’être toujours debout en 2016.
Si la face visible de l’iceberg est un site internet (pas toujours) régulièrement mis à jour, des petites mains s’agitent pour faire vivre le site dans l’ombre, Lire la suite

La Géothèque au cœur des négociations sur le climat…!

outre-mer-géothèqueSouhaitant promouvoir la mobilisation des territoires ultra-marins dans la lutte contre les changements climatiques lors de la Cop21, le ministère des Outre-mer a sollicité la Géothèque pour utiliser le planisphère de l’Outre-mer français publié sur notre site.
Et alors que les négociations battent leur plein, l’équipe du ministère vient de nous envoyer ces photos prises au sein du pavillon de la France, dans la zone officielle des négociations ; avec le commentaire suivant : « la carte que vous avez réalisée nous aide grandement à promouvoir les Outre-mer et leurs efforts contre les changements climatiques auprès des représentants des différents pays« .
Si les résultats sont concluants on pourra donc dire que notre modeste association a œuvré à sauver l’humanité…! 😉

Cop21-2 Voir la suite

Suppression des commentaires

Suite à une attaque de robots postant des commentaires qui redirigent les lecteurs de la Géothèque vers des sites, apparemment passionnants au demeurant, consacrés aux personnes touchées de surdéveloppement mammaire, ou vantant des méthodes paramédicales pour agrandir certaines parties de la morphologie masculine, les commentaires ont été désactivés sur le site.

En vous remerciant de votre compréhension…

Le dictionnaire des géographes a migré !

Trois mois après la construction de ce nouveau site, le Dictionnaire des Géographes a enfin été transféré, grâce à la participation de plusieurs membres de l’association. Vous pouvez y retrouver 300 auteurs en sciences sociales et près de 500 références bibliographiques ! De plus, un formulaire permet de proposer facilement de nouveaux auteurs pour compléter le dictionnaire.