Carte : l’habitation coloniale Bois-Debout en Guadeloupe

L’illustration ci-dessous est la version couleurs d’une image publiée dans JB Bouron, PM Georges, Les territoires ruraux en France, Ellipses, 2015, à paraître le 8 septembre 2015.
L'habitation Bois-Debout à Capesterre (Guadeloupe)

L’habitation coloniale n’est pas seulement le bâtiment hérité de la période coloniale, mais aussi et surtout une exploitation agricole fondée sur l’esclavage. Elle est donc à la fois une forme de bâti, un système agraire esclavagiste, et aujourd’hui une structure d’exploitation héritée. La maison des maîtres est généralement placée sur une petite hauteur en retrait du littoral de manière à éviter les tempêtes littorales, à profiter d’un air plus frais, et sert probablement à garder un point de vue panoramique sur des cultures atteignant une certaine hauteur comme la canne à sucre. La canne, en de nombreuses parties des Antilles, a aujourd’hui laissé la place à la banane. Mais de plus en plus souvent, elle est réintroduite en rotation, tant on sait que le bananier est une culture fragilisante pour l’équilibre des sols, notamment en monoculture intensive.

Lire la suite

Fonds de carte : Northern Range et Europe du Nord

Northern Range : carte parlanteNorthern Range carte muette

Deux fonds de carte pour traiter les espaces portuaires et maritimes de l’Europe du Nord. Permet de faire apparaître la Northern Range et son extension jusqu’aux portes de la Baltique via le Skagerrak, le Kattegat et le Sund. Frontières des pays bordant ces mers : Royaume-Uni, France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Danemark et Suède notamment.

Cette carte est libre de droit pour tout usage non-lucratif, sous réserve d’indiquer lisiblement la source, si possible avec un lien hypertexte.

Contrôle des espaces océaniques

Les espaces océaniques

Les eaux intérieures regroupent les cours d’eau, les lacs, les ports, certaines parties de mer séparant le continent avec les îles péri-continentales. Certains chenaux d’accès aux ports sont aussi considérés comme des eaux intérieures. Dans un rayon de 12 MN (miles nautiques, 1 MN = 1,8 km) à partir de la ligne de base, correspondant à la laisse des basses mers (zéro hydrographique), s’étend la mer territoriale. Elle appartient de plein droit à l’État riverain, qui y exerce sa souveraineté. La Zone Économique Exclusive (ZEE) s’étend dans un rayon de 200 MN à partir de la ligne de base. L’État riverain dispose d’un droit d’exploitation économique des ressources halieutiques (pêche) ou minières (pétrole, minerais, métaux) ou renouvelables (éolien offshore). Les enjeux actuels, pour les États, consistent à obtenir l’extension de ces prérogatives à tout le plateau continental, dans la limite de 350 MN, afin d’exploiter les nombreuses ressources du plateau (nodules polymétalliques…), jusqu’au talus qui le borde. Au delà, il s’agit de la haute mer, les eaux régies par des conventions internationales, où règne parfois la loi du plus fort.

Merci à Donatien Cassan pour ses conseils et corrections de l’illustration.

Le littoral breton : modèle théorique (bloc diagramme)

littoral breton bloc diagramme

Je rappelle qu’un bloc diagramme est un exercice de modélisation de la réalité qui n’a pas pour objectif d’en être une représentation exhaustive et fidèle, mais de dégager des éléments d’interprétation dans un objectif pédagogique. Comme tout document pédagogique, il comporte des raccourcis et des simplifications : à ce titre il n’est pas une production scientifique. Le document d’appui est ici la carte de Saint-Pol-de-Léon au 1/50000, mais l’illustration se veut plus générale du littoral breton.

Le relief de la Bretagne intérieure est marqué par un sous-sol granitique (1) et un modelé en « creux et bosses » caractéristique de l’érosion des plis hercyniens. Au contact avec la mer, ce relief donne des embouchures profondes, les abers (2), des vallées ennoyées par la transgression flandrienne. Le littoral est marqué par une côte très ciselée. Les plages de fond de baie (3), avec un estran de largeur modeste, occupent les rentrants. Les saillants sont caractérisés par des pointes rocheuses (4), des presqu’îles, et des îles (5).

Ce littoral attire plutôt un tourisme familial d’habitués qu’un tourisme de masse, mais des aménagements de loisirs sont visibles : accès aux plages (3), centres de vacances, complétées par une offre diffuse dans l’arrière-pays.

Les agglomérations (6) sont ici symbolisées par quelques maisons, il s’agit souvent d’unités urbaines petites ou moyennes, de plusieurs milliers d’habitants. L’activité de pêche reste vivace et pourvoyeuse d’emploi dans de nombreux ports (6) ; s’y ajoutent les navettes touristiques vers les îles ou les ports voisins. Les ports servent aussi à l’import d’intrants agricoles et à l’export des produits agro-alimentaires.

La structure traditionnelle de l’arrière-pays est le bocage (7) : il s’agit d’une structure d’enclos, où les prairies et les cultures sont ceintes par des haies vives. L’habitat y est dispersé en fermes identifiées par des toponymes (lieux-dits), l’eau y est abondante sur un sous-sol imperméable (1), sous forme de cours d’eau et de mares. Cette structure s’est spécialisée dans l’élevage bovin laitier notamment sous l’influence de la PAC (1962). La modernisation de l’agriculture a souvent pris la forme d’un remembrement (8) ou d’un réaménagement foncier, ce qui peut se traduire par l’arrachage des haies et l’augmentation des surfaces de labours ou de prairies dite artificielles. Le système breton s’appuie sur une main d’œuvre bien formée et organisée (rôle des organisations de jeunesse comme les JAC) qui investit rapidement dans l’élevage intensif (9) porcin ou avicole. Les conséquences environnementales sont bien connues : infiltration des matières azotées consécutive aux épandages massifs et eutrophisation des cours d’eau (10) dont l’un des corolaires est le développement d’algues vertes (11), peut-être un peu caricatural sur le document. Le Nord du Finistère est parfois qualifié de « ceinture dorée » en raison de la production importante de fruits et légumes, souvent sous serres (12).

Ces activités sont liées à la présence de voies de communication (la voie rapide construite dans les années 1970 au cours du « plan routier breton » n’a pas été représentée car plutôt en retrait du littoral pour éviter les embouchures profondément échancrées de cours d’eau, on lui supposera donc une voie d’accès (13). La Bretagne reste enfin la première région pour les emplois dans le secteur agro-alimentaire. Les établissements industriels (14), nombreux, se chargent de transformer et de conditionner les produits de l’élevage, du maraîchage, et des produits de la mer (pêche, aquaculture)

Les dynamiques démographiques sont moins impressionnantes que sur d’autres littoraux moins périphériques, mais on observe une périurbanisation (15), modeste compte-tenu de la population totale des unités urbaines, mais secondée par l’existence de résidences secondaires. Le phénomène est sous représenté sur l’illustration, parce que c’est très long de dessiner beaucoup de petites maisons.

Remerciements à PMG pour ses conseils critiques.

 

 

Les Parcs Naturels de France

carte parcs naturels france

Mise à jour de la carte des Parcs Nationaux de France. De nombreux Parcs ont été créés depuis la première version de cette carte en 2007. La politique des parcs nationaux en France commence en 1963 avec la Vanoise. Puis suivent : Port-Cros, les Écrins, les Pyrénées, les Cévennes, le Mercantour. Le premier parc en outre-mer est créé en Guadeloupe en 1988, suivi par la Guyane en 2007. Les parcs récents sont surtout marins : Iroise, Mayotte, Golfe du Lion, Calanques (avec une partie terrestre), estuaires picards, Glorieuses et enfin Bassin d’Arcachon en 2012.

Leur but est la protection de milieux relativement « sauvages » et d’espèces animales au végétal. Ainsi le parc du Mercantour a joué un rôle dans la réintroduction du loup dans les Alpes à partir de meutes italiennes. Les Parcs Nationaux comportent deux zones distinctes. Le « cœur de parc » ou « zone centrale » fait l’objet des mesures de protection les plus strictes. Cet espace ne comporte théoriquement pas d’habitat humain permanent, à l’exception de 80 habitants dans les Cévennes. La « zone d’adhésion » ou périphérique, comporte des espaces adhérents du Parc mais où les activités humaines sont davantage prises en compte dans la protection de l’environnement.

Les mesures de protection sont différentielles, elles peuvent ne pas s’appliquer à tous les espaces du parc. Elles sont nombreuses, citons à titres d’exemple : l’interdiction du bivouac, de faire du feu, du VTT, des sports aériens, des prélèvements, de la chasse, des animaux domestiques… Comme toujours dans la préservation des espaces naturels en France, ces interdictions sont associées à des mesures de sensibilisation. A ce titre, les « maisons du parc » informent les visiteurs sur les milieux naturels.

MarineTraffic, la mondialisation par les échanges maritimes

Capture du site le 18 octobre 2012 à 10h44

Le site MarineTraffic.com permet d’observer en temps réel la circulation maritime dans la plupart des zones du monde. Les navires sont légendés en fonction de leur affectation : cargos, tankers, passagers… Un clic sur un navire permet d’obtenir un très grand nombre de renseignements, notamment le pavillon (on peut constater l’ampleur du phénomène des pavillons de complaisance) et souvent une photographie. Lire la suite

Honfleur par Flaubert : une géographie du sensible

« Un lundi, 14 juillet 1819 (elle n’oublia pas la date), Victor annonça qu’il était engagé au long cours, et, dans la nuit du surlendemain, par le paquebot de Honfleur, irait rejoindre sa goélette qui devait démarrer du Havre prochainement. Il serait, peut-être, deux ans parti.

La perspective d’une telle absence désola Félicité ; et pour lui dire encore adieu, le mercredi soir, après le dîner de Madame, elle chaussa des galoches, et avala les quatre lieues qui séparent Pont-l’Evêque de Honfleur.

Quand elle fut devant le Calvaire, au lieu de prendre à gauche, elle prit à droite, se perdit dans des chantiers, revint sur ses pas ; des gens qu’elle accosta l’engagèrent à se hâter. Elle fit le tour du bassin rempli de navires, se heurtait contre des amarres. Puis le terrain s’abaissa, des lumières s’entrecroisèrent, et elle se crut folle, en apercevant des chevaux dans le ciel.

Au bord du quai, d’autres hennissaient, effrayés par la mer. Un palan qui les enlevait les descendait dans un bateau, où des voyageurs se bousculaient entre les barriques de cidre, les paniers de fromage, les sacs de grain ; on entendait chanter des poules, le capitaine jurait ; et un mousse restait accoudé sur le bossoir, indifférent à tout cela. Félicité, qui ne l’avait pas reconnu, criait « Victor ! » ; il leva la tête ; elle s’élançait, quand on retira l’échelle tout à coup.

Le paquebot, que des femmes halaient en chantant, sortit du port. Sa membrure craquait, les vagues pesantes fouettaient sa proue. La voile avait tourné. On ne vit plus personne ; – et, sur la mer argentée par la lune, il faisait une tache noire qui s’enfonça, disparut. »

Gustave Flaubert, Un cœur simple, 1877.

On aimerait parfois que la géographie soit écrite comme un conte de Flaubert. L’un des objectifs de la géographie est de décrire, d’expliquer, de comprendre l’espace des Hommes. Cet objectif fait référence au sensible, car il faut bien accéder à l’espace par les sens pour le décrire et l’expliquer. Bien souvent, on se limite dans cette description aux éléments visuels, horizontalement (photographie ou croquis de paysage) et surtout verticalement (plan, carte, photographie aérienne…). La littérature est là pour nous rappeler qu’un espace n’est pas seulement visible en deux ou trois dimensions, il est également audible, tactile, odorant … Dans l’extrait précédent, Flaubert décrit une expérience spatiale sensible (un trajet de quatre lieues aboutissant à la ville de Honfleur dans le Calvados). Cette expérience est évidemment visuelle (« des lumières s’entrecroisèrent », « sur la mer argentée »), mais aussi auditive (« hennissaient », « on entendait chanter des poules », « jurait », « criait », « en chantant »), tactile (« se heurtait », « se bousculaient ») et même odorante avec les « barriques de cidre » et les « paniers de fromages ».

Il s’agit bien d’un espace vécu, formidablement illustré. Armand Frémont, l’inventeur de cette notion, s’est d’ailleurs appuyé sur la littérature pour l’illustrer. (carte ci-dessus)(1). L’espace est d’autant plus vécu qu’il est parcouru par l’héroïne. On peut retracer son parcours ; le « calvaire » évoqué par Flaubert correspond peut-être à celui signalé par la carte IGN au lieu dit « La Croix Rouge ». De plus, l’extrait souligne le rapport de dépendance entre le vieux port de Honfleur et le port du Havre, construit au XVIe siècle par François Ier sur un site plus favorable au grand commerce. Les marchandises entassées sur le quai attendent de traverser l’embouchure de la Seine, qu’aucun pont ne traverse avant Rouen, et ne quitteront la France qu’à partir du Havre. Ce rapport de domination s’est renforcé depuis. Le port du Havre est le 5e port pour le trafic conteneurs du Northern Range avec 7,2% du trafic (2). L’importance économique du port de Honfleur est aujourd’hui négligeable en terme de trafic de marchandises (3). C’est un autre secteur de l’économie qui y est valorisé, celui du tourisme. Félicité, l’héroïne de Flaubert y découvrirait aujourd’hui des sensations différentes.

Le bassin est plus calme : les petits bateaux de plaisance ont remplacé les paquebots(4) à destination du Havre, on n’y embarque plus de chevaux. Les quais sont toujours bruyants cependant : on entend les conversations des touristes attablés, et en arrière-plan, la circulation automobile et un joueur de cornemuse écossaise. L’odeur de la mer est dominée par les odeurs de cuisson des nombreux restaurants avoisinants. Le toucher est peut-être moins sollicité que dans la bousculade de l’embarquement décrit par Flaubert, mais il est remplacé par le goût des plats et boissons consommés par les touristes. Le mouvement et l’activité se sont déplacés d’une interface (entre le quai et le bassin) à une autre (entre le quai et le rez-de-chaussée des maisons). On peut tenter de cartographier les sensations non visibles sur la photographie ci-contre, c’est l’objet du schéma proposé. Précisons qu’il n’est pas certain qu’il s’agisse du même bassin que celui décrit par Flaubert. Le bassin photographié ci-dessus était sans doute dévolu aux bateaux de pêche.


Si Félicité revenait à Honfleur aujourd’hui, et qu’elle restait sur la D62 qui longe le revers du talus, elle aboutirait à Notre-Dame-de-la-Grâce, qui offre un large panorama sur l’embouchure de la Seine. Munie de son appareil-photo numérique, Félicité pourrait immortaliser cette vue, de la pointe du Havre jusqu’au pont de Normandie (que Victor pourrait aujourd’hui emprunter, en dépit de son tarif prohibitif, pour se rendre au Havre). On peut se plaire à imaginer la description que Flaubert pourrait offrir des raffineries et du pont à haubans. (Loin de moi l’idée de suggérer un sujet de rédaction pour collégiens !). A défaut, on devra se contenter d’un croquis interprétatif (ci-dessus).

Carte des espaces densément peuplés dans le monde

Outils cartographiques destinés aux enseignants et à leurs élèves, pour la classe de sixième (Où sont les Hommes sur la Terre) et les repères spatiaux du DNB (brevet).

Localisation des régions très densément peuplées, des foyers de population principaux et secondaires, et des dix mégapoles les plus peuplées du monde en 2010. Un diaporama à projeter en classe permet d’accompagner le travail des élèves.

NB : Les programmes officiels identifient comme une capacité à acquérir le fait de « localiser sur un planisphère les dix plus grandes métropoles mondiales. » Ici, le parti-pris de l’auteur est de localiser les mégapoles les plus peuplées. En effet, la partie étant consacrée au peuplement, de façon quantitative, il semble compliqué d’introduire la notion de métropole, qui est liée aux fonctions urbaines plus qu’à la population. Les principales métropoles mondiales pourront être localisées dans le chapitre consacré au fait urbain.

(Cartes libres de droits pour un usage en classe uniquement. Pour obtenir ces cartes sous un autre format, me contacter.)

Les Iles d’Aran : un archétype insulaire

1. Un petit Connemarra insulaire
irlande_aran_paysage
La photographie ci-contre donne à voir un paysage pris sur l’archipel des Iles d’Aran, à l’Ouest de l’Irlande dans l’Océan Atlantique. Le premier plan montre l’herbe rase d’un pré, visiblement brouté et non fauché. Les parcelles de taille très réduites sont toutes closes d’un muret de pierre. Un petit bâtiment d’élevage en tôle (une bergerie ?) montre que ce paysage n’est pas qu’hérité, il est toujours exploité. En cliquant sur la photographie pour l’agrandir, on remarque à l’horizon les côtes du Connemarra, célèbre province d’Irlande occidentale. Les îles d’Aran sont, en quelque sorte, un petit Connemarra insulaire, les montagnes en moins. Elles sont reliées au « Mainland », la « terre principale » selon l’expression utilisée par les insulaires pour désigner l’Irlande, par un bateau qui interrompt son service les jours de forte tempête. Les tempêtes recréent donc temporairement l’isolement qui fut celui de l’archipel avant la mise en place d’une liaison régulière. Les îles d’Aran sont des îles au large d’une autre île, un « bout du monde ».

2. Un paysage construit

irlande_aran_vue_aerienne_verticaleLe paysage des Iles d’Aran visible sur cette photographie aérienne verticale est un paysage typiquement irlandais de prairies consacrées à l’élevage ovin. La photographie de paysage a été prise depuis la route visible au sud-ouest. Les parcelles sont de taille très réduite et de forme quadrangulaires, mais il ne s’agit pas de bocage car elles sont entourées par des murets de pierre sèche et non de haies vives. La photographie aérienne a une texture intéressante, feutrée, évoquant une couverture rapiécée. Cette texture est liée à l’absence d’ombres portées. Il s’agit d’un paysage dominé par l’horizontalité. L’arbre notamment brille par son absence ; c’est un effet bien connu de l’action conjuguée des vents marins et du sel, et une conséquence de la faible épaisseur des sols. Ces sols sont d’ailleurs une construction humaine au même titre que les habitations ou la route goudronnée qui traverse le paysage : ils ont été fabriqués par l’apport d’algues et de fumure animale et par un épierrage patient. C’est que la terre est rare sur cette île, à tous les sens du terme. Les îliens ont donc dû composer avec les potentialités limitées du milieu.

3. L’insularité, un isolement

L’insularité isole, c’est même son sens étymologique. Elle isole les espèces animales et végétales, et cette année consacrée à Charles Darwin nous rappelle le rôle joué par l’archipel des Galapagos sur sa théorie de la sélection des espèces. Elle isole les hommes également : la mer est une discontinuité, les îliens sont séparés des continentaux par des points de rupture de charge. Le cliché veut donc que les insulaires soient, comme les montagnards, des attardés ou des résistants. Dans les deux cas le milieu est perçu comme un refuge, contre le progrès ou contre l’invasion. L’homme d’Etat lorsque son heure a passé, termine sa carrière loin du monde, à Sainte-Hélène ou sur l’île de Ré. Cet isolement présumé fait de l’île un conservatoire, tant pour les espèces naturelles (parc national de Port-Cros en Méditerranée) que pour les activités humaines.

irlande_histoire_texte_nbouvierNicolas Bouvier, qui dans son Journal d’Aran a su mieux que personne raconter les paysages de l’archipel, alimente joyeusement l’idée préconçue selon laquelle ces îles sont un conservatoire vivant, évoquant par exemple la venue d’un philologue désireux d’étudier un gaëlique qui passe pour être le plus « pur » d’Irlande. Dans l’extrait ci-contre, il évoque avec humour les paysages du Connemarra et l’histoire « en creux » de l’Irlande. Il s’agit également d’une réflexion sur l’insularité. L’Irlande semble en effet avoir échappé à l’histoire européenne, à cause de son insularité. On peut aussi inverser le raisonnement et se demander si ce n’est pas parce qu’elle est restée en marge de l’histoire que l’île a cultivé ses particularisme. En tout cas cet extrait fait réfléchir sur les fondements de l’identité européenne tels qu’ils sont présentés dans les manuels scolaires. La romanité, la participation effrénée à la première révolution industrielle ou la prise de conscience d’un destin commun lors des guerres mondiales, sont présentés comme les ferments de la construction européenne. Or pour Bouvier l’Irlande n’a pas plus participé à ce « destin » que, pour prendre un exemple tout à fait au hasard, la Turquie …
Pour filer la comparaison, l’Irlande a également en commun avec la Turquie les virulents débats sur la laïcité. La première, véhémentement catholique, gagnait son indépendance de l’Angleterre protestante, au moment où la seconde de dotait d’une constitution laïque. En Irlande comme en Turquie, ce débat est loin d’être clos, comme le montre le débat sur le divorce en Irlande dans les années 1990. (lire à ce sujet le passionnant Christopher Hitchens, Comment la religion empoisonne tout, Belfond, 2009.)

Rédaction : Jean-Benoît Bouron, conseils : Adrien Doron, Anna Cristofol, Lucie Diondet

Sources :
Photographie de payage : Jean-Benoît Bouron / Lucie Diondet, 2009
Vue aérienne : Google Earth, 2009
Texte : Nicolas Bouvier, Journal d’Aran et d’autres lieux, Petite bibliothèque Payot, Ed. Payot & Rivages, 1990, 1993, 2001