Où trouver de mauvaises cartes ?

L’un des chapitres de géographie des nouveaux programmes de Terminale, intitulé Des cartes pour comprendre le monde, invite à mener une « réflexion critique sur les modes de représentation cartographique ». On peut pour cela s’appuyer sur les compétences acquises par les élèves depuis le collège dans l’utilisation et la production de représentations graphiques de l’espace. A cette occasion, les enseignants pourraient avoir besoin de trouver des exemples de mauvaises cartes. Ce n’est pas si facile à trouver, sauf à exagérer la critique et à jouer aux inquisiteurs cartographiques, comme il existe sur internet des inquisiteurs orthographiques qui ne sont parfois que des formes perverses de trolls. On peut toujours trouver à redire sur une carte, et les règles de la cartographie, comme celles de la langue française, sont faites pour être transgressées. De même qu’une rupture de construction syntaxique dans une phrase peut passer pour une figure de style qui porte le doux nom d’anacoluthe, le cartographe emploiera-t-il avec malice des figurés figuratifs, une ancre, une grappe de raisin, proscrits par nos maîtres qui exigeaient des figurés géométriques (et pourtant employés, certes avec parcimonie, par les dessinateurs-cartographes de l’Institut Géographique National). Encore faut-il connaître les règles pour bien les transgresser.

Un débat engagé récemment sur la liste de diffusion Géotamtam qui met en lien les acteurs de la géographie universitaire francophone, et à laquelle je conseille de s’abonner, m’a permis de découvrir une mine de mauvaises cartes. Il s’agit du SRADDT, Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire, de la région Bourgogne. On pourrait disserter sur ce sigle, en lui-même tout un poème. Ce débat prend des tournures politiques dans la mesure où ce type de document est facturé par des entreprises privées, manifestement peu compétentes, à des collectivités territoriales, manifestement peu regardantes. C’est d’autant plus rageant que d’autres entreprises privées font un excellent travail et que des universitaires et leurs étudiants, à compétence bien supérieure, demanderaient probablement une rétribution moindre pour nouer un partenariat avec un conseil régional.

Laissons de côté le débat et laissons parler les cartes. Elles ne seront pas commentées (pourquoi tirer sur l’ambulance) mais vous pouvez nous retrouver sur les réseaux sociaux pour proposer d’autres mauvaises cartes trouvées au cours de vos pérégrinations sur les internets.

mauvaise-carte-SRADDT-1Une mauvaise carteMauvaise carte

Cliquez pour agrandir. Source des trois cartes : charte du SRADDT Bourgogne, Conseil Régional de Bourgogne, RCT Territoires, mai 2014

L’ensemble du document fourmille d’exemples de « tout ce qu’il ne faut pas faire » ; vous pouvez le télécharger à partir de cette page du site de la région Bourgogne. Je remercie le collègue qui a déniché ce filon.

Je rappelle, pour relever le niveau, cet excellent blog (en anglais) sur les cartes anciennes et récentes, souvent surprenantes voire déconcertantes (et parfois mauvaises, mais critiquées intelligemment !) : Strange Maps.

Mise à jour (novembre 16) : Une superbe trouvaille dénichée par JC Fichet : 

carte-dreal-basse-normandie

La source : une plaquette de la DREAL Basse-Normandie en PDF.