La démocratie participative en une image

democratie participative

Résultat du vote sur le budget participatif de Paris publié sur Facebook par Anne Hidalgo, saisie d’écran, septembre 2014.

Les programmes d’histoire-géographie et d’éducation civique incitent à s’intéresser à la démocratie locale et à ses nouvelles formes d’expression. Les documents proposés par les manuels scolaires sont parfois peu satisfaisants. Cette image m’a intéressé car elle montre deux aspects de la démocratie participative, emboîtés : la participation directe des citoyens à la prise de décision, et la communication directe des élus par les réseaux sociaux.

Le document montre la participation des citoyens, via internet, à une partie de la prise de décision à l’échelle locale. L’initiative porte le nom de « Budget participatif » et le logo de la Mairie de Paris. Le contenu des proposition vise clairement les jeunes, considérés comme des utilisateurs massif d’internet mais dépolitisés et absentionnistes. La charte graphique vivement colorée confirme cette cible. Le contenu des proposition reflète aussi les préoccupations des urbains de centre-ville, en particulier les étudiants et les jeunes actifs avec enfants. (catégorie très imparfaitement recouverte par le galvaudé « bobo »). On peut nuancer l’aspect participatif en comparant les initiatives au budget total (2 millions d’euros représentent 0,03% des dépenses annuelles de la ville qui dépassent les 6 milliards), et en comparant la participation (40 000) à la population électorale parisienne (1,3 million d’électeurs inscrits) soit 3% de participation…

Le deuxième aspect est la communication directe des élus avec leurs administrés, via les réseaux sociaux. Il s’agit ici d’Anne Hidalgo, élue socialiste ayant remporté les municipales de 2014. La saisie d’écran permet de se référer à l’univers, familier pour les élèves, d’un célèbre réseau social. Le nombre de personne qui jaiment* et le nombre de partages ont une signification pour eux (et peut de nouveau être rapporté à la population parisienne, 2 millions d’habitants). De même, ils peuvent s’interroger sur la réelle portée du message : les électeurs de droite sont-ils amis avec Anne Hidalgo sur les réseaux sociaux ? Et les électeurs dépolitisés ? On peut supposer que ce sont d’abord les sympathisants qui seront touchés par le message.

Ce document permet donc d’apporter un regard critique sur la démocratie participative, c’est-à-dire d’en souligner les points positifs, tout en relevant les limites.

*Le verbe jaimer se conjugue à tous les temps et modes : Il se félicitait que tant d’internautes jaimassent la page de son idole.