Le Haut Atlas marocain, du terrain au dessin

oukaimeden-croquis-élève

Croquis de la vallée par un élève de CM2

Nous vous avions déjà présenté le travail de Stéphane Bouron, fortuitement homonyme de l’auteur de ces lignes, dans cet article sur le Haut atlas marocain. Cet instituteur en poste à l’école André Malraux de Rabat est retourné sur les lieux au printemps pour étudier plus longuement l’organisation spatiale de cette vallée montagnarde dont le thalweg dépasse les 2000 m d’altitude.

C’est l’occasion pour lui de faire de la « vraie » géographie avec des enfants de CM2, comme le montre le bloc-diagramme réalisé par l’un d’eux, ci-dessus, qui pourrait utilement inspirer bien des étudiants… A sa demande, j’ai réalisé à partir des croquis réalisés par Stéphane et sa classe le bloc-diagramme ci-dessous, en couleurs et en noir et blanc.

Oukaimeden2 Oukaimeden-NBLaissons la parole à ces élèves qui sont aujourd’hui en Sixième, et qui ont rédigé un texte géographique quelques mois après ce qu’on peut appeler une sortie-terrain :

« La vallée d’Oukaïmeden est couverte de verdure au printemps. Des fleurs de toutes les couleurs poussent partout à Oukaïmeden. Les rivières ruissèlent le long de la vallée pour se rejoindre dans un lac artificiel rempli de grenouilles. Oukaïmeden est également une réserve naturelle où l’on peut rencontrer de magnifiques espèces tel que le gypaète barbu qui est en voie de disparition au Maroc. Mais des élèves de notre classe [en] ont vu un groupe dans le ciel. Il n’y a pas beaucoup d’arbres. Ils sont rares sur les versants de la montagne. Par contre, on rencontre beaucoup de cailloux et de rochers. Plusieurs installations touristiques meublent la vallée comme des hôtels, des petits restaurants, des étalages de souvenirs… »

 Sans le savoir, ces enfants ont eu la même démarche que les géographes du début du XXe siècle lorsqu’ils parcouraient la montagne à pied, pendant plusieurs jours, pour en observer les différents aspects, comme lors de l’ « invention des Alpes » par Raoul Blanchard. Pour ceux-ci comme pour ceux-là, la montagne fut le lieu d’une maïeutique de la géographie.